retour Retour

Inquiétude de la presse régionale et nationale

Inquiétude de la presse régionale et nationale

Reportage consacré à l'inquiétude grandissante des éditorialistes de la presse régionale et nationale face à la parution du journal gratuit 'Metro". Commentaire sur images de manifestants à Paris et interview de Serge JULY et Stéphane ABECASSIS, directeur marketing de la régie publicitaire de "Libération" [Source : documentation France 3] Second jour de parution du quotidien gratuit " Metro". Il est distribué à Marseille et actuellement à Paris, même si le syndicat du livre CGT a tenté d'en empêcher la diffusion. "Metro" est imprimé au Luxembourg, et il dérange un marché français reglementé. Une grande majorité d'éditorialistes s'est mobilisée ce matin pour dénoncer les "journaux gratuits", qu'ils considèrent comme "une presse au rabais". La guerre des journaux continuait ce matin dans les colonnes des quotidiens. Ils contestent le contenu rédactionnel, qui n'est fait qu'à partir de dépêches d'agences de presse. SERGE JULY : "il faut savoir que ce n'est pas cela un journal. Si on a 250 journalistes, c'est parce que on fait partie de très grosses rédactions, la presse écrite, elle a une capacité de produire l'information, d'analyser, de décripter, d'anticiper des choses, etc..." Plus que la baisse du nombre de lecteurs, Libération redoute une baisse des ses recettes publicitaires : c'est l'unique ressource du journal Metro. STEPHANE ABECASSIS : "ils arrivent sur un marché sinistré, le risque c'est qu'ils assèchent encore plus le marché publicitaire par des pratiques de dumping. Ils appliquent des taux à -80%, ce qui veut dire que pour une page payante, on vous donne quasiment une page gratuite en plus." Mais il est trop tôt encore pour savoir si les gratuits représentent un vrai danger pour pour les quotidiens "classiques". A l'étranger, un seul journal payant n'a pas supporté la concurrence des gratuits, c'était un journal suédois. LUCIANO BOSIO : "C'est le seul exemple que l'on connaisse. Par contre, il y a eu d'autres fois des quotidiens populaires (A Londres, à Zurich), qui ont perdus 3, 4, voir même jusqu'à 15% de leur diffusion." Ce soir le syndicat du livre CGT ne désarme pas, il menace de faire une journée presse morte en début de semaine prochaine.

durée

01

 

min

 

49

 

sec

Date de diffusion : 19 février 2002

Référence :
1947965001014
Crédits :
Producteur: France 3   -   Journaliste : Roland, Sophie  -  Journaliste : Bonnet, Elisabeth  -  Journaliste Reporter D'images : Houeix, Loïc  -  Participant : July, Serge
Origine:
19 20 Edition Nationale   -   Producteur: France 3
Licence :
Clé en main

Référence :1947965001014

Crédits :Journaliste : Roland, Sophie-Journaliste : Bonnet, Elisabeth-Journaliste Reporter D'images : Houeix, Loïc-Participant : July, Serge

Licence :
Clé en main
110 ,00 € Hors taxes

Sélectionner votre licence


icon select
mediaclip est actuellement optimisée pour une résolution minimum d’écran de 1280*756.

Les versions mobile et responsive du site sont en cours d’optimisation.

Merci de votre compréhension

Recherche propulsée par ElasticSuite